📦 Livraison à domicile gratuite en France métropolitaine dès 69€ d'achat, sur Strasbourg en vélo dès 40€ | 📍 Points retrait gratuits sans minimum sur Strasbourg et Haguenau
📦 Livraison à domicile gratuite en France métropolitaine dès 69€ d'achat, sur Strasbourg en vélo dès 40€ | 📍 Points retrait gratuits sans minimum sur Strasbourg et Haguenau
Panier 0

Pourquoi la transparence est-elle si importante ?

🕑 Temps de lecture : 7 minutes

Si vous avez cliqué sur cet article, vous avez dû remarquer que pour nous, la transparence est cruciale. Elle n’est pas tombée du ciel du jour au lendemain mais provient d’un constat sur l’industrie du café nourri depuis des années. Pour comprendre très rapidement le but de l’article, prenons un parallèle avec la vie de tous les jours. Admettons, vous rencontrez un inconnu. Qu’est-ce qui vous ferait de suite avoir confiance en lui ? Qu’il soit mystérieux ou qu’au contraire, vous sachez de lui un minimum d'information car il se présente à vous ? Nous vous proposons donc de passer en revue ce point de transparence, creusons le sujet ensemble 😊

 

Pourquoi y a-t-il un manque de transparence ?

Les raisons de ce manque de transparence sont à chercher à des endroits dont nous disposons d’éléments fiables pour le démontrer.

Lié à une partie sombre de l’histoire

Premièrement, une des raisons est (probablement) dû à l’histoire sombre de la colonisation de la majorité des pays producteurs de café. Pendant des années, le lien qui existait entre ce produit et les producteurs était celui de la domination.  Cela ne date pas de si longtemps que ça étant donné que les derniers pays africains producteurs de café ont été indépendants dans les années 1960. A l’époque des premiers colons, la production de café était intimement liée au commerce d’esclave. Sombre moment historique, nous vous l’accordons mais c’est l’héritage dont les effets se font encore sentir jusqu’à notre ère. Nous avons été habitués à l’idée qu’un café ne doit pas coûter cher et que l’on en possède en quantité quasi-inépuisable.

commerce triangulaire esclave café
Crédit photo : futura sciences

Oligopole quand tu pointes ton nez

Deuxièmement, la concentration des acteurs. Si l’on reprend les théories économiques classiques, un marché est efficace lorsqu’il dispose d’une concurrence pure et parfaite. Sans rentrer dans une dissertation économique, un des 5 critères est celui d’avoir une atomicité du marché c’est-à-dire un grand nombre d’acteurs pour qu’aucun d’eux n’ait assez de puissance pour avoir une action disproportionnée sur la fixation des prix. Dans le marché du café, hélas, les ventes mondiales sont concentrées sur un faible nombre d’acteurs. La situation est d'autant plus vraie en France où 80% des ventes sont effectuées par 3 groupes (Coucou Nestlé, JDE et Lavazza/Carte Noire), des multinationales avec une puissance de frappe hors norme. Comparons ce chiffre à celui de 25 millions de caféiculteurs qui disposent d’en moyenne 5 hectares de terrain et l’on voit clairement le rapport de force…

concentration torréfacteur industriel france
Crédit photo : Le Basic

Un secret bien gardé

Troisièmement, le manque de transparence est bien gardé car il profite aux acteurs les moins vertueux. N’ayons pas peur de le dire, l’opacité permet aux grands groupes d’user de belles stratégies marketing pour camoufler toute la supply chain qui laisse à désirer. La conséquence du manque d’information est un manque de connaissance. Forcément, quand on a la connaissance, on possède par la même occasion un certain pouvoir. L’opacité du secteur du café commercial permet à certains acteurs non scrupuleux de profiter de ce manque de connaissance et la boucle est bouclée. Récemment, une étude très sérieuse a mis en lumière ces pratiques. Le constat est sans appel et pour citer les conclusions de cette étude : "bien que ces compagnies (Coucou Nespresso et Starbucks entre autres) ont établi des projets de durabilité, aucune d'entre elles n'est en mesure de garantir que les producteurs gagnent un revenu décent".

doigt levé bouche chut

Les conséquences sont plus graves que ce qu’on pense

Comme nous l’avons vu, le constat est simple : la complexité du domaine du café est méconnue car l’information n’y circule pas de manière fluide. 

Les conséquences de ce manque de transparence sont terribles. Malheureusement, la logique est partout la même : ce sont les plus pauvres au début de la chaîne de valeur qui payent le prix des pots cassés.

Une non-incitation à la qualité

On ne compte même plus les cas de fermiers qui ne savent pas déguster leur propre café (que ce soit par manque de moyen ou par leur culture) et qui n’ont aucune idée du cheminement que leur café prend après la vente. Le café à la différence du vin, est un marché où la séparation entre pays producteur et pays consommateur est totale (bien que cela commence à changer, on vous l’accorde). Ce phénomène d’asymétrie d’information a été modélisé par Joseph Stiglitz et récompensé par un prix Nobel en 2001. Le terme barbare de « sélection adverse » implique que seuls les mauvais produits persistent dans un tel marché inefficace.

cerise café pas mure industriel

Un cercle vicieux de pauvreté

Un des effets notables est celui sur le prix. Celui-ci est globalement fixé sur la base d’un cours de bourse. Hélas, ce dernier fluctue en fonction d’indicateurs macroéconomiques mais également à cause de la spéculation. La situation est telle que le prix basé sur la bourse est souvent très loin de la réalité du terrain. L’on voit alors une claire une aberration où le prix payé ne couvrent dans certains cas même pas le coût de production.

Autre conséquence, si les fermiers sont sans ressources, ils ne réinvestissent pas. Les rendements faiblissent peu à peu car les arbres vieillissent et il n’y a aucun moyen de les remplacer. Nous voilà dans une belle spirale infernale où le fait d’être pauvre les rend encore plus pauvre.

Cette situation est telle qu’en ce moment dans la région natale de Thanh, à Pleiku - Gia Lai, les fermiers vendent en masse leurs fermes. Pire encore, peu de personnes sont intéressés pour reprendre les exploitations des fois laissés à l'abandon...Quel désastre écologique, économique et social !

producteur café pauvreté

La future génération qui se détourne de la caféiculture

Effectivement, la culture du café se retrouve non attrayante pour les générations futures qui s’en délaissent de plus en plus. C’est normal, qui voudrait bien continuer à se tuer à la tâche pour ne rien gagner ?! Les enfants de producteurs sont bien conscients des difficultés de cette culture au regard du peu de revenu qu'ils en retirent. Ils préfèrent donc se tourner vers des études supérieures lorsque cela leur est possible.

Vous le voyez bien, la direction que l’on prend si nous n’agissons pas dès maintenant est terrible. L’avenir de la filière du café est en jeu. Si nous voulons boire du bon café dans l’avenir, c’est maintenant que cela se joue.

Le manque de transparence fait que peu de monde sait à qui profite vraiment le prix final du café et les systèmes s’auto-entretiennent de cette façon.  

Devant ce tableau, quelles solutions ?

Devant ce constat, nous avons décidé d’agir à notre niveau pour tenter de faire bouger les lignes.

Un outil pour la durabilité

Pour nous, la transparence est un moyen de s’ancrer dans le réel et de ne pas succomber aux tentations du marketing mal intentionnés du type green washing. C’est un outil et non une finalité en soi, seulement un élément pour avoir un café vraiment durable. Comme le dit très bien Klaus Thompsen de Coffee Collective (au passage, champion du monde barista) :

Nous dévoilons nos chiffres car nous n’avons pas honte d’en parler car nous savons qu’ils sont justes. Si vous avez peur de montrer vos chiffres, c’est parce que vous savez au fond de vous que vous ne payez pas assez pour le café vert.

Klaus Thomsen, Coffee Collective

Qui profite à tous les acteurs

Nous sommes convaincus que le marché fonctionne mieux lorsque l’information circule. Une meilleure information donne plus de pouvoirs de faire le bien ainsi que de faire des choix éclairés pour tous les acteurs impliqués dans la chaîne de valeur, du producteur au consommateur. Nous pouvons inverser la tendance et créer un cercle vertueux où chaque acteur a quelque chose à y gagner.

Pour ce faire, nous avons signé « The Pledge » aux côté de plusieurs dizaines de torréfacteurs mondialement connus comme Coffe Collective, Counter Culture, Tim Wendelboe, Seven Seeds,…Il s’agit d’un code commun afin de pousser la transparence de manière commune et unie.

The pledge transparence café

La contextualisation est cruciale

Les chiffres en tant que tel n’évoquent rien s’ils ne sont pas contextualisés. Nous faisons donc notre maximum pour les mettre en perspective. A cet effet, vous verrez sur nos paquets de café aussi bien la construction du prix ainsi que les prix FOB comparé à des bases vérifiables. Petite parenthèse, ce prix FOB correspond au prix payé à l’origine, au port de départ. Dans notre cas, pour les 2 producteurs avec qui nous travaillons actuellement, ce sont les prix qu’ils reçoivent car ils intègrent toute la partie process. Ce sujet est si vaste qu’il mérite un autre article.

contextualisation rapport transparence

Conclusion

La transparence est un de nos piliers. Elle est surtout efficace lorsque plusieurs acteurs se regroupent et s’engagent fortement en sa faveur. Les consommateurs ont un pouvoir énorme de faire changer les choses et on espère que d’autres acteurs nous rejoindront dans cette optique. Pour nous, la transparence doit être prise au sérieux pour tout acteur revendiquant proposer un café de spécialité éthique ou durable. Etre transparent est un risque mais nous pensons que les bénéfices sont bien supérieurs. Avez-vous raison ? Faites-nous savoir votre ressenti 😊



Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés