📦 Livraison à domicile gratuite en France métropolitaine dès 69€ d'achat, sur Strasbourg en vélo dès 40€ | 📍 Points retrait gratuits sans minimum sur Strasbourg et Haguenau
📦 Livraison à domicile gratuite en France métropolitaine dès 69€ d'achat, sur Strasbourg en vélo dès 40€ | 📍 Points retrait gratuits sans minimum sur Strasbourg et Haguenau
Panier 0

Ferme Zanya

café arabica forêt vietnam

Marian et sa femme Lim sont les dirigeants de Zanya, une ferme regroupant plusieurs petits producteurs issus de la même famille.

Le commencement

Lim a grandi au sein de la communauté ethnique des K’ho, dans la région de Lang Biang. Elle s’est mariée avec Marian, un slovaque. C’est à partir de ce moment que tout change ! Alors que tous les deux ne buvaient pas de café, Marian en tant qu’économiste, s’intéresse à l’aspect macroéconomique de cette culture. Il découvre que sa famille vend leur production sous forme de cerise de café. Ils ne recevaient que très peu d’argent et souvent cela ne couvrait même pas leur coût de production. Tellement abasourdi par ce fait, il s’intéresse intensément au café et découvre le café de spécialité. Ils s’investissent alors pour en apprendre toujours plus au point de devenir torréfacteur pour Marian et barista pour Lim.

La montée en puissance

Dans le but d’aider sa belle-famille, au moment d’une récolte Marian décida de tester un process de transformation de cerise de café. Il pensait que ce test serait seulement pour lui-même avec à peine 50kg de cerise de café en expérimentation. Il se trouve qu’en faisant gouter autour de lui, tout le monde a adoré ce café et lui en a demandé toujours plus.

La situation actuelle

Aujourd’hui, la prime de qualité obtenue pour ses cafés lui a permis d’investir toujours plus dans les infrastructures. La production actuelle est digne des meilleures pratiques : formation des producteurs, séchage sous serre, sur lits africains, expérimentations en termes de process,…

Son action a transformé toute la communauté les faisant passer du café commercial qui rémunère mal et les laisse dans la pauvreté, au café de spécialité qui rémunère dignement leur travail.

Son interview réalisé spécialement pour vous